Acupuncture
   
 
   

L’acupuncture n’est qu’une partie de la médecine traditionnelle chinoise, qui englobe une très riche pharmacopée (près de 6000 substances !), le massage, la diététique et une « gymnastique » basée sur le souffle et/ou des mouvements très lents : le T’ai Chi Chuann et le QI QONG.

Ces pratiques ancestrales, dont les origines remontent à près de 4000 ans, ont subi au cours des siècles de multiples transformations. Toutes reposent sur une prise en compte de l’individu dans sa globalité, elle-même intégrée à un environnement à la fois saisonnier, climatique, géographique, et alimentaire.

Le principe de base est une vision énergétique du vivant dans son milieu. Les énergies internes du corps ne se distinguent entre elles que par la diversité de leur fonction. Le physique, les pensées et les émotions ne sont que des expressions différentes d’une même énergie. Les énergies externes interagissent avec celles-ci, et c’est la dysharmonie entre les énergies externes et internes qui crée les maladies.

La médecine traditionnelle chinoise vise à réharmoniser ces énergies entre elles, et donc à rétablir un bon équilibre de santé. Cela montre à la fois sa possibilité curative, mais aussi, et surtout, préventive.
L’énergétique chinoise repose sur deux grandes lois :

  • La loi du Yin et du Yang, qui représente l’opposition et la complémentarité des éléments contraires : chaud/froid, haut/bas, interne/externe, inertie/mouvement…Cette loi est à la fois rythmique et structurelle. Tout est un équilibre de proportions variables. Elle est magnifiquement représentée par le symbole du TAIJI :             

                            http://www.google.fr/images?q=tbn:eREWHN_pjrg_XM::www.1voyage.com/chine/images/ying-yang.jpg&h=94&w=95&usg=__FlTnXt3PBjWyoWEsxN7WGwPUD7w=

 
  • La loi des cinq éléments, qui est une figuration pratique des relations unissant  fonctions corporelles entre elles, et de celles-ci avec les énergies externes :

                                                                                    http://www.acu5.fr/image/5elements.gif


Au total, l’homme est considéré comme un « microcosme » exprimé dans un « macrocosme », les deux étant régis par les mêmes lois, qui deviennent du fait universelles. Grâce à la notion d’énergie, l’infiniment petit rejoint l’infiniment grand.

En acupuncture, l’interface entre les deux est figuré sur le corps humain par les « méridiens », lieux préférentiels de circulation des énergies, sur lesquels se trouvent les « points » d’acupuncture, dont la stimulation permet de rééquilibrer toutes ces énergies grâce aux aiguilles, aux moxas (cigares d’armoise produisant de la chaleur), ou aux massages.


Udo Giavarini

 

Les auteurs des textes rédigés sont responsables de leurs écrits.
Accueil I Spécialités thérapeutiques I Statuts I Charte I Historique I Bulletin d'adhésion I Bulletins annuels I Contact