POSTUROLOGIE  
     

Qu'est-ce que c'est ?

La posturologie est une méthode d'étude pluridisciplinaire de la posture et de ses dérèglements.

Elle s’inscrit dans une approche holistique (globale) de l’individu.

La posture ne se limite pas à la position des segments corporels (bassin, épaules…), c’est aussi et surtout une question de stabilité, qui reflète l’équilibre du tonus (tension) des chaînes neuro-musculaires

Le corps humain : un mât et des haubans

 
   

 

   

Qualité de la stabilisation : oscillations plus ou moins importantes du centre de gravité.

Dépend en partie de la qualité des appuis plantaires (base mécanique et entrée sensorielle) :
- hyper appui (têtes métatarsiennes médianes)
- hypo appui (isthme externe : pieds plats valgus)

 


   

 

A quoi ça sert ?

La posturologie permet le traitement des troubles fonctionnels de la posture et de l’équilibre, et des douleurs qui en sont la conséquence. (Da Cunha 1979, Harris 1999, McCabe et al 2005, 2007, Soriot et al 2011, Matheron et al 2005-2011, De Mauroy 2005)

Exemples : douleurs de l’axe du corps, (douleurs de dos, du membre inférieur et certains maux de tête), « troubles musculo-squelettiques », « fibromyalgie », scolioses, tendinites, arthroses…

 
Indications : douleurs mécaniques de l’axe du corps
 
Conséquences d’une posture déréglée (antériorisation)
 


   

 

Comment ça marche ?

La posture est régulée par un système sensori-moteur complexe : l’ajustement du tonus (tension) des chaînes musculaires dépend des informations provenant des entrées du système postural (œil, vestibule, dents, langue, proprioception, viscéroception, et extéroception plantaire), le tout étant sous le contrôle du système nerveux central (Massion 1994, 1997).

La posturologie considère que le corps humain n’est pas une mécanique, mais « une enveloppe sensitive dont chaque millimètre carré est pourvu de capteurs. » (Lazdunski 2005) C’est cette enveloppe bourrée de capteurs qui lui permet de s’adapter, d’être debout, et donc de vivre.





 


   

 

Le bilan postural

La qualité de l’exécution des mouvements et l’absence de compensations (et donc de conséquences) dépend de la qualité de la stabilité. (Hess 1943) Le but de la posturologie est donc de stabiliser au mieux la personne, en utilisant son propre système de régulation.

Le bilan postural commence par un interrogatoire rigoureux, qui vise en premier lieu à garantir la sécurité du patient, c'est-à-dire à réorienter vers le médecin un patient dont la problématique est non fonctionnelle ou non bilantée médicalement.

Les traitements posturaux sont complémentaires à la médecine allopathique, ils ne visent en aucun cas à la remplacer. (Gagey et al 2002)

Le clinicien formé en posturologie réalise un bilan postural COMPLET de ses patients afin de comprendre leur organisation posturale, c'est-à-dire la façon dont ils se positionnent et s’équilibrent, leur qualité de stabilité et de mobilité.

Il identifie les perturbations des différentes entrées du système (parasites) et cherche le meilleur moyen d’améliorer la physiologie du mouvement (stabilité et mobilité) par une action sur un ou plusieurs capteur(s) (= entrées du système). (Gagey et Weber 2004)

En raison du fonctionnement global de ce système de régulation, et notamment du fonctionnement synergique des muscles (chaînes musculaires – Fukuda 1959, Gagey 1973, Mézières 1984, Roll et al 1987, 1988), lors de l’examen clinique c’est donc l’ensemble de la posture qui est étudiée (pas uniquement un segment).

Plus le bilan est complet, meilleure est la compréhension de la physio-pathologie.





Evaluation de la mobilité
du rachis

Evaluation de l’équilibre

Evaluation du tonus
des chaînes musculaires

Test des chaînes
stabilisatrices

Evaluation du tonus
des membres inférieurs

Bilan podoscopique
 


   

 

Traitements posturaux

Le traitement proposé dépend du résultat du bilan et est personnalisé à chaque patient. Il vise à :

- supprimer toutes les nociceptions (informations parasitant la régulation posturale) : visuelle, oculomotrice, proprioceptive, plantaire, cicatricielle, dento-manducatrice.

- modifier l’information perçue par un capteur dans le but d’améliorer l’équilibre et la mobilité. (Gagey et Weber 2004)

Un moyen simple est d’agir sur le capteur plantaire, à l’aide de semelles posturales, dont chaque stimulation est testée par le podologue posturologue, à l’aide des tests du bilan postural (Le Normand et Percevault 2001, Villeneuve 1996, 2003).

Très différentes des semelles orthopédiques, elles n’ont pas une action mécanique, mais neuro-sensorielle : elles utilisent le rôle de capteur du pied pour corriger l’ensemble de la posture. Ces semelles ne traitent donc pas le pied, mais l’ensemble du corps par l’intermédiaire du pied.

 

Semelles posturales :
Stimulations fines

Les éléments, très fins, simulent une augmentation de pression au niveau de la zone plantaire choisie.

Les  récepteurs transmettent l’information au cerveau qui modifie le tonus des muscles et corrige la posture. (Janin 2003, Janin et Toussaint 2005, Janin et Dupui 2009).

Le fait que ces stimulations soient de faible épaisseur est nécessaire à leur action posturale globale sur le long terme. Pour les patients, l’avantage direct est la facilité à porter ces semelles dans quasiment toute chaussure, dans la grande majorité des cas sans avoir à changer de pointure.

Pour les perturbations affectant les autres capteurs, le podologue posturologue peut orienter le patient vers le thérapeute concerné : ophtalmologiste, orthoptiste, ostéopathe, dentiste, kinésithérapeute, etc..

Arnaud FOISY

Quelques liens pour aller plus loin :

- www.posturologie-essonne.fr : plus d’infos sur le site de l’auteur.
- www.posturologie.asso.fr : site de l’API (Association de Posturologie Internationale)
- /www.allodocteurs.fr : la posturologie au magazine de la santé. Grand public et imagé (vidéos).
- www.magazine-avantages.fr : article grand public.

 

Les auteurs des textes rédigés sont responsables de leurs écrits.
Accueil I Spécialités thérapeutiques I Statuts I Charte I Historique I Bulletin d'adhésion I Bulletins annuels I Contact